lundi 29 octobre 2007

Grindhouse - Boulevard de la mort

1876608810372749_p10180394_pRéalisé par Quentin Tarantino
Avec Kurt Russell, Rose McGowan, Zoe Bell

L’histoire
: C'est à la tombée du jour que Jungle Julia, la DJ la plus sexy d'Austin, peut enfin se détendre avec ses meilleures copines, Shanna et Arlene. Ce TRIO INFERNAL, qui vit la nuit, attire les regards dans tous les bars et dancings du Texas. Mais l'attention dont ces trois jeunes femmes sont l'objet n'est pas forcément innocente.
C'est ainsi que Mike, cascadeur au visage balafré et inquiétant, est sur leurs traces, tapi dans sa voiture indestructible. Tandis que Julia et ses copines sirotent leurs bières, Mike fait vrombir le moteur de son bolide menacant...

Critique : Tarantino nous sert là un concept excellent. Filmer façon années 60 avec les génériques très kitsch, les montages à l’arrache et les défauts de pellicules. Tout ces effets de style donnent de l’ampleur au film. On retrouve également la patte Tarantino dans les dialogues souvent inintéressants en soit mais pourtant cultes et les scènes d’actions ne sont offertes au téléspectateurs qu’après des préliminaires de dialogues interminables. Comme la plupart de ses films, il est très difficile de donner envie à quelqu’un de regarder le film en lui racontant l’histoire exemple : “Bah là c’est un mec qui prend son pied en tuant des filles en voitures. C’est trop bien !”
Pas emballé hein ? Et pourtant vous devriez car ce film est un pur bijou qui prend le contre-pied de tous les grosses productions qu’on a l’habitude de voir.



envoyé par

Posté par cinefilms à 12:47 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur Grindhouse - Boulevard de la mort

  • Beaucoup de bruit pour...

    Comme d'hab chez Tarantino, ça cause beaucoup et ça fait pas grand-chose. Bien sûr que le concept est excellent mais à côté y faut savoir raconter une histoire, ce qui n'a jamais été le fort de "Monsieur grande gueule". A voir uniquement pour la couse-poursuite finale (9 minutes téléchargeables sur youtube).

    Posté par cinéphage, samedi 3 novembre 2007 à 15:17 | | Répondre
  • grande gueule quand meme pas...

    C'est l'effet récurrent des films de Tarantino, des dialogues à rallonge sur des thèmes pas forcement intéressants à la base. N'empêche que les cheeseburgers de Pulp Fiction sont devenus cultes.

    Et puis je ne pense pas qu'on puisse être aussi doué pour la réalisation et si peu doué pour l'écriture, c'est donc surement volontairement. Peut être que raconter des histoires, ca ne l'intéresse pas

    Posté par Cinefilms, dimanche 11 novembre 2007 à 01:58 | | Répondre
Nouveau commentaire